Même la stérile enfante sept fois …

Jeudi 30 avril 2020.

Je me suis réveillée ce matin avec un verset qui n’a pas arrêté de me hanter depuis. Un verset que je connais pourtant bien, mais dont j’ai reçu une révélation assez particulière aujourd’hui. Une révélation inédite, exclusive. J’ai l’impression que mes yeux se sont ouverts brusquement sur une vérité que je ne connaissais pas auparavant.

« Ceux qui étaient rassasiés se louent pour du pain, et ceux qui étaient affamés se reposent ; même la stérile enfante sept fois, et celle qui avait beaucoup d’enfants est flétrie. »

La Bible, 1 Samuel 2 : 5

Ce verset est un extrait de la prière qu’a faite Anne lorsque le Seigneur lui a donné un fils, Samuel, après plusieurs années dans la stérilité. Précisément, le bout de phrase qui continue de retentir dans mes oreilles c’est celui que j’ai mis en gras : « Même la stérile enfante sept fois ».

De façon terre à terre, Anne nous parle de sa stérilité physique, autrement dit, de son incapacité d’autrefois à concevoir un enfant. Mais la révélation que j’ai reçue ce matin est tout autre : certes, il s’agit de stérilité physique, mais il peut aussi s’agir de stérilité spirituelle.

Selon le dictionnaire Larousse, se dit stérile une chose qui est inapte à la reproduction ou qui n’aboutit à rien de fructueux, de constructif. En français plus simple, être stérile, c’est ne pas porter de fruit, n’avoir aucune valeur ajoutée, ne pas se développer. Et cette définition représente bien qui j’étais il y a encore quelques mois.

Stérile : Se dit de ce qui n’aboutit à rien de fructueux, de constructif.

Dictionnaire Larousse

Pendant longtemps, j’ai mené une vie stérile, infructueuse, sèche, à tous les niveaux. Malheureusement, je ne m’en rendais même pas compte. Je vivais une vie qui, en apparence, était « normale », mais d’un point de vue spirituel, elle était fade, sans saveur, et en toute sincérité, si Dieu m’avait ôté mon souffle de vie à ce moment, je ne pense pas qu’on aurait retenu grand-chose de moi. Il est vrai qu’à l’intérieur de moi, comme c’est le cas pour chaque être humain d’ailleurs, il y avait comme ce désir ardent de vivre plus, de faire plus, d’expérimenter plus, et d’avoir un impact significatif sur le monde, en tout cas à mon échelle. Je savais que Dieu avait des projets de paix pour moi. – on me l’a toujours enseigné – mais je ne savais pas comment les manifester. D’ailleurs, je mettais parfois en doute cette assertion tellement je ne comprenais pas d’où pouvaient venir ces projets de paix.

Une vie bien stérile.

Tout ce que j’essayais de faire, par moi-même, pour répondre à ce cri au fond de mon cœur tombait à l’eau. En effet, malgré mes qualités, talents et autres, tout ce que je touchais pourrissait. J’avais tellement de mal à me trouver une place, un but, un leitmotiv, une motivation, une vision qui me conduirait tout au long de mon parcours sur terre. (Je sais que ce que je raconte en ce moment est familier à beaucoup de personnes, hélas).

Pour vous donner une idée, j’ai eu à faire trois fois le master 1, avec deux changements de filières en cours de parcours. Résultats ? Échec, échec, échec.

J’ai mis sur pied plusieurs plateformes (blogs, comptes Instagram, formation, groupe de mentorat) qui n’ont pas fait long feu.

Même au niveau de ma chaine Youtube – qui aujourd’hui a passé la barre des 1000 abonnés, thanks God ! – je peinais à vraiment trouver mon message et à le véhiculer de la bonne manière.

Tout était confus dans mes pensées, et dans bien d’autres domaines encore. Je ne savais ni où j’allais, ni qui j’étais finalement. Je me rappelle avoir beaucoup prié pour plus de clarté, et de direction de la part de Dieu, sans succès. J’avais même fini par me résigner à vivre cette vie terne jusqu’à ce que le Père décide de me rappeler auprès de Lui. Et vous vous imaginez bien que ce genre de sentiment conduit à de l’envie, de la jalousie, et un état de frustration quasi permanent.

Bref, j’étais stérile spirituellement, et même socialement et financièrement.

Combien d’entre nous se retrouvent dans ce que je dis ? A l’intérieur de vous, vous aspirez à vivre quelque chose de plus qualitatif au niveau de votre vie, mais à l’extérieur, vous êtes comme retenus par des chaines ; vous avez l’impression d’avoir au-dessus de votre tête un plafond de verre incassable, infranchissable, et ni votre bonne volonté, ni vos bonnes actions ne réussissent à vous sortir de là ? Je vous comprends, mais, la bonne nouvelle, c’est que …

« Même la stérile enfante SEPT fois. »

Non pas une, ni deux, mais SEPT fois. Cela signifie que, non seulement, ce qui était autrefois une terre desséchée, peut devenir un jardin florissant, mais encore, ce jardin peut produire au-delà même de ce qu’on peut être en droit d’espérer.

« Ne pensez plus aux événements passés, Et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude. »

La Bible, Esaïe 43 : 18 – 19

Il m’aura fallu une rencontre particulière avec le Sainte-Esprit – que je vous raconte ici – pour que ma période de stérilité prenne fin. Je ne vous parle pas de quelque chose de théorique, je vous parle d’une expérience personnelle qui a changé le cours de ma vie.

Si pour beaucoup, 2020 sera l’année du Covid-19 et du confinement, pour moi, 2020 est assurément l’année d’une fécondité (re)trouvée. Je vous le disais tantôt : ma chaine Youtube a atteint les 1000 abonnés, ce qui pour moi représente énormément, mais au-delà du nombre, je vis en ce moment une saison de floraison comme jamais auparavant. Je porte du fruit dans divers domaines de ma vie dans lesquels j’avais encore du mal à décoller, et je le dis en toute humilité. Dieu a fait un schift dans ma vie, mais cela n’aurait pas été possible sans un pas de foi de ma part.

En fait, le 1er janvier dernier, alors que minuit venait de sonner et que tout le monde criait « Bonne année 2020 », j’avais fait cette prière à Dieu : « Seigneur, en 2020, je veux te servir réellement ». La vérité est que, au fond de moi, je pensais que Dieu allait m’utiliser obligatoirement dans le domaine prophétique, c’est-à-dire que j’allais avoir un don de guérison, de prophétie, etc. Je me voyais chasser des démons, imposer les mains à tout le monde. C’était ma vision, mais celle-ci était tellement, mais tellement éloignée de celle que Dieu avait pour moi. Mais heureusement que Dieu est amour, et il a simplement regardé à mon désir d’être utile pour lui, et m’a accordé la grâce de le servir dans un domaine qui ne m’était bien évidemment pas étranger, mais qui était jusqu’alors un hobby pour moi : la maternité et la vie de couple. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que c’est en général de ces deux sujets-là que je parle beaucoup, mais cette année, mes interventions ont pris une tournure inattendue. (Cela n’empêchera pas Dieu de m’utiliser dans le prophétique, tout de même 😉 )

Evidemment, je ne suis pas encore « arrivée », mais je vois chaque jour les fruits de cet abandon entre les mains de Dieu, et de Sa grâce sur ma vie. Chaque jour, je reçois des messages de femmes, partout dans le monde qui ont été touchées, conseillées, consolées, par une parole, un regard, un sourire de ma part. Je ne pouvais jamais imaginer avoir un tel impact à ma si petite échelle.

Et quand je repense à cette période de stérilité, je me dis finalement que toute chose concourt au bien de ceux qui aiment Dieu. Il a fallu que je passe par là, que je me trompe, que je sois perdue, pour apprendre que ma floraison, ma productivité, passent nécessairement et obligatoirement par Dieu, pas par mes efforts – quoique louables. Il fallait un face à face avec Dieu, il fallait fléchir genoux, pour espérer me débarrasser de cette infertilité qui me détruisait jour après jour. Il fallait abandonner mes rêves bancals pour épouser la vision de Dieu pour ma vie.

Tout ce que j’ai vécu, et que j’ai relaté ici, peut se résumer ainsi :

Pour vivre une véritable saison d’abondance – spirituelle – et de fertilité, nous devons d’abord savoir que cela est possible, peu importe le degré de stérilité qui nous maintient captif. Ensuite, il faut savoir que cette fertilité est étroitement liée à notre soumission et confiance envers le Seigneur. Enfin, tu dois savoir et reconnaitre que toi aussi, tu es une solution de Dieu sur cette terre.

Quelqu’un disait un jour que Dieu est un entrepreneur : il investit uniquement dans ce qui peut lui apporter des bénéfices.

Dieu a investi en toi : déjà en donnant Son fils comme rançon pour ta vie, en te donnant le souffle de vie chaque jour, et en ayant mis en toi toutes sortes de dons, et de talents. Il n’y a aucune raison qu’il ait fait tout cela pour rien. Tu es une solution sur cette terre ; c’est pourquoi tu dois sortir de cette saison de stérilité. Tu dois fléchir genou, tu dois prier, tu dois t’abandonner entre Ses mains. Ta destinée est grande, mais tu ne la rencontreras que quand tu le rencontreras LUI d’abord.

Dieu a investi en toi : déjà en donnant Son fils comme rançon pour ta vie, en te donnant le souffle de vie chaque jour, et en ayant mis en toi toutes sortes de dons, et de talents.

Je l’ai déjà dit, j’ai beaucoup prié pour connaitre ma destinée. Mais je n’ai pu faire un pas significatif vers elle que lorsque j’ai voulu d’abord connaitre le Dieu qui donne la destinée, et l’accomplir pour Sa gloire, et non pour mes intérêts personnels.

Bref. J’étais une stérile, aujourd’hui j’enfante sept fois, et toi aussi tu peux le faire.

Avec tout mon amour,

Ma valise de maternité

Bonjour les filles, j’espère que vous allez bien ! Comme vous le savez déjà, je suis à quelques longues semaines de mon accouchement et j’ai eu à cœur de partager avec vous le contenu de ma valise de maternité. Comme la première fois, je me…

Bilan de mon 2e trimestre de grossesse

Qui a dit que toutes les grossesses étaient pareilles ? Qui a dit que le deuxième trimestre était TOUJOURS agréable ? Dans cette vidéo, je te partage mon bilan de ce deuxième trimestre de grossesse qui n’a pas été de tout repos, sans oublier…